Anime Ajin
Anime Ajin Banner

Ajin

De: Caroline Frost · 20 avril 2016

Après s'être fait renverser par un camion, Nagai Kei découvre qu'il est un Ajin, un être immortel. Désormais pourchassé par le gouvernement qui veut faire de lui un sujet d'expériences, Kei doit apprendre à maîtriser ses pouvoirs. Mais la guerre gronde entre Humains et Ajin, et Kei doit choisir son camp.


Quand je me suis fait écraser...ce n'était peut-être qu'une seconde mais...mourir...ça fait mal!

Une surprise inattendue que cet animé dont je n'avais jamais entendu parler, et qui s'est avéré aussi intéressant que visuellement agréable.

J'ai été frappée par la qualité de l'animation, qui me rappelait beaucoup Knights of Sidonia, sans doute à cause de la fluidité du mouvement. Au-delà de cette ressemblance, cependant, rien n'est jamais statique. Les personnages sont toujours en mouvement, que ce soit de minuscules expressions du visage ou de grands gestes, et leur posture s'écarte enfin de celle, raide comme un piquet, dont sont coutumiers les animés. Leur démarche est également plus souple sans pour autant atteindre un réalisme parfaitement naturel, mais il y a un effort manifeste de ce côté-là que j'ai beaucoup apprécié.

Anime Ajin Sunset

La grande qualité de cet animé, outre la beauté des graphismes, tient en ses zones de gris. Il n'y a pas de blanc ou noir dans cette histoire. Le héros tient plus de l'anti-héros qu'autre chose, apathique et indifférent au sort de ceux qui l'entourent. Les humains, qu'il aurait été facile de reléguer au rang d'ennemi public numéro 1 qui capturent de malheureux Ajin pour en faire des sujets d'expérience, peuvent se révéler tout aussi bons et généreux que leurs victimes, au nombre desquelles se trouvent de véritables monstres. Après treize épisodes, je ne peux même pas dire que Kei ne fasse pas partie desdits monstres. Son réflexe de préserver sa propre peau au détriment des autres est certes très humain, mais il pousse parfois le bouchon un peu loin.

Cette répartition des rôles fait qu'il est impossible de choisir son camp, chacun ayant ses bons éléments et ses fruits pourris. Au final, la seule manière de mettre un terme à la guerre qui s'annonce serait une collaboration entre Ajin et humains, mais qui, du côté de ces derniers, voudra tendre la main à un Ajin? Hormis la super grand-mère, bien sûr, mais elle ne compte pas.

Ajin soulève également des questions d'éthique et de morale assez intéressantes. La manière dont les Ajins sont traqués comme des bêtes sans avoir jamais rien fait à personne est déjà dérangeante, mais les scènes d'expériences/torture, sans être graphiques, sont franchement horribles. Le dialogue des scientifiques, soigneusement étudié, contribue à un sentiment de malaise grandissant qui consolide le questionnement de la série: qu'est-ce qu'être humain? Les Ajins ne sont pas considérés comme tels car ils sont incapables de mourir.

Anime Ajin Sato

L'humanité ne tient-elle donc qu'en notre fin inéluctable? Dans ce cas, quid de nos émotions, de nos principes et de notre histoire. Chacun des Ajins de la série porte son propre passé, son identité. Mais la révélation de leur véritable nature entraîne une traque impitoyable et la révocation immédiate de leurs droits fondamentaux qui fait froid dans le dos. On leur retire même le droit d'exprimer leur souffrance, comme si l'immortalité vous empêchait de ressentir la douleur qu'apporte une mort violente.

Anime Ajin Torture 1 Anime Ajin Torture 2

Ajin provoque également la réflexion sur le pouvoir de l'indifférence. Face aux innombrables problèmes du monde, il est si facile de se dire “ça ne me concerne pas, donc ça ne m'intéresse pas,” une attitude qu'adopte le public dans la série, et qui finit par pousser à bout ceux qui ont tant besoin de soutien et ne demandent qu'une seule chose: qu'on prête attention à ce qu'ils traversent. C'est l'indifférence, dans Ajin, qui est partiellement responsable des actes terroristes des extrémistes Ajin.

Le caractère glacial de Kei le sert bien dans ce contexte. Nul doute qu'un autre personnage, plus attaché à sa famille et à ses amis, aurait laissé ces liens l'aveugler, et aurait mis beaucoup plus de temps à perdre foi en la nature humaine. Kei, en revanche, d'une froide intelligence, voit immédiatement au-delà de la façade de ses “amis” et agit en conséquence. En un sens, son détachement lui donne un discernement redoutable et le préserve plus d'une fois.

Mais ce qui le rend humain, hors son combat pour sauver sa peau, ce sont ses efforts pour s'améliorer. Il a beau être apathique, Kei est conscient de ses défauts et éprouve du regret vis à vis de certains de ses choix. Cela ne veut pas dire, pour autant, qu'il va en faire de meilleurs par la suite, mais sa logique implacable, peu à peu, se teinte de l'irrationalité des émotions humaines et le rend plus sympathique.

Kei est tout aussi indifférent que les autres quant au sort des Ajins. Certes, il en est un, mais ni leur sort ni leur combat ne l'intéressent le moins du monde tant qu'il a la possibilité de mener une petite vie bien tranquille. Il est sans doute le premier qui comprend que l'affaire le concerne qu'il le veuille ou non, directement ou indirectement, et qu'il va lui falloir se bouger un peu s'il ne veut pas finir dans un laboratoire. C'est une autre facette de sa personnalité qui fait de lui un personnage auquel il est facile de s'identifier: loin de se précipiter vers le danger tête baissée et d'avoir la fibre héroïque, Kei se voile la face le plus longtemps qu'il le peut, jusqu'au moment ou cela devient tout bonnement impossible. Garder la tête froide pour gérer les situations dangereuses ne fait pas de lui un amateur de situations périlleuses, et il recherche la sécurité plus que tout.

Anime Ajin Kei

Question scénario, on est d'emblée captivé par ce monde où évoluent quarante-six immortels pour la plupart réduits à l'état de rat de laboratoire, et où d'autres Ajins se cachent pour éviter les persécutions. La découverte progressive des capacités des Ajins et de la sévérité des persécutions qu'ils subissent captive le spectateur, de même que l'évolution progressive de la tension entre Ajins et humains jusqu'au déclenchement d'une guerre ou l'on a encore du mal à soutenir l'un ou l'autre camp, chacun ayant perpétré des horreurs.

La musique, par ailleurs, composée par Kanno Yugo, est une véritable merveille. Je n'ai pas pu en trouver une playlist, mais quelqu'un a compilé trois des meilleures pistes, à savoir “Beginning,” “Battle Royale” et “Game.”

Mon seul regret tient en une maladresse au niveau des noms des personnages. Entre Kei, Kai et Kou, dont les noms de famille commencent également par un N pour au moins deux d'entre eux, il est difficile de s'y retrouver, surtout au début de l'histoire quand il n'y a que les deux premiers. Sans oublier Sato et Tosaki...

J'espère vivement une saison 2, Ajin nous ayant abandonnés alors que les personnages, forts de nouvelles alliances, passaient enfin à la vitesse supérieure.


Titre: Ajin

Nationalité: Japonaise

Studio: Polygon Pictures

Date de diffusion: 15/01/2016 au 08/04/2016 (disponible sur Netflix)

Nombre d’épisodes: 13

Genres: Seinen, Fantastique, Action, Mystère.

Ma note: ★★★★☆