Anime Gate
Anime Gate Banner

Gate: Jieitai Kanochi nite, Kaku Tatakaeri

De: Caroline Frost · 24 septembre 2014

Quand un portail reliant la Terre à un autre monde apparaît à Ginza et qu’une armée de créatures étranges et d’hommes en armures envahit la ville, le Japon apprend l’existence d’un autre monde et décide d’y envoyer un détachement de la JSDF (Japanese Self-Defense Force) afin d’en apprendre plus. Itami Youji, un otaku de trente-trois ans qui s’est distingué lors de la bataille de Ginza, est promu sous-lieutenant et se voit confier sa propre unité. Ensemble, ils vont à la rencontre des habitants et nouent des liens avec eux.


On peut prendre un pays de force, mais cela ne nous donne pas le coeur de ses habitants.

Quelle drôle de créature.

Le résumé fait très Star Gate, je ne dirais pas le contraire.

L’animation de cette série est loin d’être stellaire, et j’ai eu du mal avec certains concepts (genre l’armée qui débarque dans un nouveau monde et décide d’office de massacrer tout le monde) mais ils sont contrebalancés par un personnage principal qui sort de la norme, un tas de clin-d’œil à notre culture (la charge des hélicoptères dans Apocalypse Now, par exemple, avec la célèbre musique de Wagner) et une intrigue, sinon passionnante, du moins intéressante.

Je n’ai pas beaucoup aimé la prolifération de créatures du style elfes, guerrières-lapin ou encore guerrières-chat et j’ai trouvé que pas mal de points auraient pu faire l’objet d’une explication (le dieu de la guerre Emroy, par exemple, d’où sort-il? en quoi consiste son culte? quels sont les principes de sa doctrine?) mais peut-être est-ce exprès, afin que le spectateur découvre la « Zone Spéciale » en même temps qu’Itami et son unité.

Enfin, les innombrables allusions graveleuses m’ont bien fait rire. Et le nom de la princesse, aussi. Piña Co Lada. J’ai failli m’étouffer.

D’un autre côté, Gate aborde un certain nombre de questions beaucoup plus sombres. L’une des femmes-chevaliers de la princesse reçoit par exemple l’ordre d’offrir son corps aux soldats japonais pour compenser une erreur qui menace la paix entre la JSDF (Japanese Self-Defense Force) et l’Empire. On mentionne abondamment le traitement réservé aux femmes en cas d’invasion, et la légèreté avec laquelle Piña admet qu’elle perdrait probablement la raison si elle se faisait violer par tout un régiment de bandits fait froid dans le dos. Il y a également cet empereur retors mais diablement intelligent qui, pour s’assurer qu’il ne vienne pas à ses vassaux l’idée de se soulever, envoie plus de cent-mille hommes au massacre sans sourciller.

Gate est aussi intelligent dans la mesure où il implique des petits détails qui font toute la différence, comme la politique dans ce nouveau monde, mais également dans le nôtre, avec des grandes puissances comme les États-Unis ou la Chine qui convoitent la « Zone Spéciale » pour ses ressources ou son espace (pour se délester d’une partie de sa population, par exemple), et l’influence des médias. L’une des conférences est ainsi parsemée d’aperçus des réactions des internautes et du grand public sur les réseaux sociaux. Il y a aussi la terreur absolue, poignante, de Piña et son amie en découvrant l’étendue de la technologie terrestre, les « Pégasi de métal » (soit des hélicoptères), les « éléphants de métal, » le métro et ainsi de suite.


Titre: Gate: Jieitai Kanochi nite, Kaku Tatakaeri

Nationalité: Japonaise

Studio: A-1 Pictures

Date de diffusion: 04/07/2014 au 26/03/2016

Nombre d’épisodes: 24

Genres: Thriller, Mystère, Politique, Romance, Action, Arts Martiaux.

Ma note: ★★★☆☆